Spruce Cliff  1861---->

1870Hudson'sBayPost7.jpg
Tadoussac 1864

Much of this was written by Lilybell Rhodes (1889-1975), whose family built the house next door, she was a great friend of Grace Scott and often stayed with Grace in the summer.  With bits from Grace Scott, Benny Beattie, Susie Bruemmer, Ann Dewart, Brian Dewart.

Willis Russell, born 1814, came from Vermont to Quebec City about 1840 in search of lumber interests. Liking Quebec, he sent for his wife Rebecca Page Sanborn and child, who came by stagecoach (under protest), to Quebec. He became very active in the hotel business [the St Louis, the Albion and the Russell Hotels], in municipal affairs, and among other accomplishments, he wrote a 100 page booklet entitled "Quebec As it was and As it is". 

 

Willis Russell biography in our Bios section

https://www.tidesoftadoussac.com/tadbios/russell%2C-willis-%26-rebecca-page-(sanborn)

 

In Quebec, he became friends with Colonel Rhodes, with whom he used to go fishing at the Marguerite River, where they were founding members of the Ste Marguerite Salmon Fishing Club. When Mr Russell first brought his family  to Tadoussac, he rented a house in L'Anse a l'Eau. Doctors had recommended sea air for Wilis' ailing daughter, and the summer was sucessful. Then he, Colonel Rhodes, and Mr Powel of Philadelphia bought adjoining lots. 

Une grande partie de ceci a été écrite par Lilybell Rhodes (1889-1975), dont la famille a construit la maison voisine. Elle était une grande amie de Grace Scott et restait souvent avec Grace en été. Avec des morceaux de Grace Scott, Benny Beattie, Susie Bruemmer, Ann Dewart, Brian Dewart.

Willis Russell, né en 1814, est venu du Vermont à Québec vers 1840 à la recherche d'intérêts forestiers. Aimant Québec, il fit venir sa femme Rebecca Page Sanborn et son enfant, qui vinrent, sous protestation, en diligence à Québec. Il devient très actif dans l'hôtellerie [les hôtels St Louis, l'Albion et le Russell], dans les affaires municipales, et entre autres réalisations, il rédige un livret de 100 pages intitulé "Le Québec tel qu'il était et tel qu'il est".

 

Biographie de Willis Russell dans notre section Bios

https://www.tidesoftadoussac.com/tadbios/russell%2C-willis-%26-rebecca-page-(sanborn)

 

À Québec, il se lie d'amitié avec le colonel Rhodes, avec qui il avait l'habitude d'aller pêcher à la rivière Marguerite, où ils étaient membres du Salmon Fishing Club. Lorsque M. Russell a amené sa famille à Tadoussac pour la première fois, il a loué une maison à L'Anse à l'Eau. Les médecins avaient recommandé l'air marin pour la fille malade de Wilis, et l'été a été un succès. Ensuite, lui, le colonel Rhodes et M. Powel de Philadelphie ont acheté des lots adjacents.

1860 QuebecAsitWas.jpeg

Willis Russell's name on the screen on the front door! (actually probably his grandson wrote it)

We need a photo of him and his wife!

Willis Russell a écrit son nom sur l'écran de la porte d'entrée !

1861WIllisonScreenDoor.jpeg
RussellMontrealHerald1882.png

Colonel Rhodes was the first to build. Mrs Mary Wallace recently found a letter from Colonel Rhodes to his builder saying that his friend Mr Russell wanted a house built just like his, and "of as good lumber". Thus the two houses were almost identical, with bell cast roofs, the typical French Canadian roof at the time. The two ice houses were built side by side on property which a later survey revealed was on the Rhodes property. Consequently, Mrs Russel built another ice house attached to the kitchen. On the west side, Mr Russell and Mr Powel built their wash houses back to back with a single dividing wall and a single chimney. They were used for storage, and had wash tubs where an Indian woman used to do the laundry. Their respective outhouses were also back to back with a single dividing wall, and it was rumoured that conversations were carried onby various members of both houses through the wall. Grace and her brother were encouraged to visit the outhouse before dark, as a visit after dark necessitated lighting the lantern.

 

Le colonel Rhodes a été le premier à construire. Mme Mary Wallace a récemment trouvé une lettre du colonel Rhodes à son constructeur disant que son ami M. Russell voulait une maison construite comme la sienne, et "d'aussi bon bois". Ainsi, les deux maisons étaient presque identiques, avec des toits en fonte de cloche, le toit typiquement canadien-français de l'époque. Les deux glacières ont été construites côte à côte sur une propriété qui, selon une enquête ultérieure, se trouvait sur la propriété de Rhodes. Par conséquent, Mme Russel a construit une autre glacière attenante à la cuisine. Du côté ouest, MM. Russell et Powel ont construit leurs lavoirs adossés avec un seul mur mitoyen et une seule cheminée. Ils étaient utilisés pour le stockage et avaient des bacs à laver où une femme indienne faisait la lessive. Leurs dépendances respectives étaient également dos à dos avec un seul mur de séparation, et la rumeur disait que des conversations étaient menées par divers membres des deux maisons à travers le mur. Grace et son frère ont été encouragés à visiter la dépendance avant la tombée de la nuit, car une visite après la tombée de la nuit nécessitait d'allumer la lanterne.

1861  Original Bryn.jpg
2006 SpruceCliff.jpg

Left, the original Rhodes Icehouse, which has partially sunk into the hole underneath which was dug for the ice! 

Right, the back to back washhouses on the Powel side of the property.

À gauche, la glacière originale de Rhodes, qui s'est partiellement enfoncée dans le trou en dessous qui a été creusé pour la glace !

À droite, les lavoirs dos à dos du côté Powel de la propriété.

IceHouseBryn.jpeg

When Willis Russell died in 1887, the property was left to his two surviving children, Agnes Ballard and William Edward, who bought out his sister's share. Left a widow in 1893, Mrs William Edward Russell continued spending her summers in Tadoussac. Mrs Russell used to sit on the front gallery at noon to greet golfers and tennis players as they walked home. 

 

Mrs Russell sometimes renting the cottage to Dr Johnathon Dwight of New York. [The Dwights created "Dwight Park" between the road and the bank, above Rhodes houses] It is said that one day a cow walked up the front porch right into the living room one afternoon when he was reading quietly. 

 

Lorsque Willis Russell mourut en 1887, la propriété fut laissée à ses deux enfants survivants, Agnes Ballard et William Edward, qui rachetèrent la part de sa sœur. Devenue veuve en 1893, Mme Russell continue de passer ses étés à Tadoussac. Mme Russell avait l'habitude de s'asseoir sur la galerie avant à midi pour saluer les golfeurs et les joueurs de tennis alors qu'ils rentraient chez eux.

 

Mme Russell louait parfois le chalet au Dr Johnathon Dwight de New York. [Les Dwights ont créé "Dwight Park" entre la route et la banque, au-dessus des maisons de Rhodes] On raconte qu'un jour, une vache est montée par le porche directement dans le salon un après-midi alors qu'il lisait tranquillement.

1890 William&Fanny.jpeg

Left, William Edward Russell and Fanny Eliza Pope Russell

In the late 1800's there was a boardwalk and gazebo at the edge of the bank, a great spot for family photos. The bank is not very stable, eventually the gazebo probably slid down the hill!

À gauche, William Edward Russell et Fanny Eliza Pope Russell

À la fin des années 1800, il y avait une promenade et un belvédère au bord de la rive, un endroit idéal pour les photos de famille. La berge n'est pas très stable, éventuellement le belvédère a probablement glissé en bas de la colline!

1890~intheGazebo.JPG.jpeg
1890 GrouponBalcony.jpeg
1895 Boat&Cottages.jpg
1900 Mabel,Nonie,Leslie,WIllis,Fanny,Fred.jpeg
1890 View4.jpeg
1860RussellFamilyTree.jpeg

In the 20th century, the Leslie Russells and the Scotts spent their holidays with Mrs Russell. Upon her death in 1936, the house was left to her four children, Leslie, Frederick, Nonie and Mabel (Mrs Scott) who bought out her brothers and sister. When Mrs Scott died in 1952, she left the house to her daughter Grace. [Nonie married Dr James Stevenson, they had 3 girls Margaret (Reilley), Elizabeth (O'Neill), and Ann (Dewart), who summered in Tadoussac in the Park!]

Below Nonie Russell and James Stevenson  ~1900

Grace Scott ~ 1930

Right ~1930's

Ann, Margaret and Elizabeth Stevenson

with their grandmother Mrs Russell

Mrs. Russell's daughter in law, Connie (Home) Russell, wife of Frederick Russell, and the two young ones are John Leslie Russell and Lucille (Suzie) Russell, children of Frederick's brother (Leslie Allan Russell)

Below right the girls and dogs

Au XXe siècle, les Leslie Russell et les Scott passaient leurs vacances avec Mme Russell. À sa mort en 1936, la maison a été léguée à ses quatre enfants, Leslie, Frederick, Nonie et Mabel (Mme Scott) qui ont acheté la propriété à ses frères et sœur. Lorsque Mme Scott est décédée en 1952, elle a laissé la maison à sa fille Grace. [Nonie a épousé le Dr James Stevenson, ils ont eu 3 filles Margaret (Reilley), Elizabeth (O'Neill) et Ann (Dewart), qui ont passé l'été à Tadoussac in the Park!]

The family used to bring a cow down with them from Quebec every year and keep it in the 'cow field' across the street, even though the children didn't like to drink 'cowy milk'. Drinking water was obtained from a spring half way down the bank, and was brought up in buckets suspended from a yoke on the maid's shoulders. Washing water was taken from two rain barrels at each corner of the house. Mint growing near the spring down the bank was gathered by the children for roast lamb. Local lamb was plentiful, as was salmon. (From Mrs Russell's account book 1904, salmon cost 10¢ a pound, wild strawberries 5¢ a glass).

 

The property was taken care of by François Deschenes for many years, and then by his son Freddy. After Freddy's death most families chose Gauthier, but Mrs Russell hired his brother Louis as guardian. When the WIlliams house [next door] burned down in 1932, Louis' wife claimed to have saved the house by throwing her rosary on the roof. 

 

Before the time of screened porches, a smudge of bark and spruce bits was kept burning in a large iron kettle on the lawn to keep the black flies away. On the front gallery always hung a long tail of seaweed, which by its dryness or dampness indicated the type of weather to expect - or so we thought. 

 

Grace remembers that life was more formal in her youth. Everyone went to church on Sunday, and everyone was expected to be on time for meals. Rising bell rang at 8h00, and a breakfast bell at 8h30. A loud bell was rung outside for those on the beach. Kerosene lamps and candles provided light before electricity arrived in 1945. [link to hydro station] Every home had afternoon tea, a wonderful time for entertaining and visiting.

Below Mrs Scott, Nonie and Elizabeth O'Neill, Grace Scott

Susie (Scott) Bruemmer, Aidan O'Neill, Bobby Scott, Kathrine and Patrick O'Neill

La famille avait l'habitude d'amener une vache avec eux du Québec chaque année et de la garder dans le « champ de vache » de l'autre côté de la rue, même si les enfants n'aimaient pas boire du « lait de vache ». L'eau potable provenait d'une source à mi-chemin sur la rive et était amenée dans des seaux suspendus à un joug sur les épaules de la bonne. L'eau de lavage provenait de deux barils de pluie à chaque coin de la maison. La menthe poussant près de la source en bas de la rive était cueillie par les enfants pour l'agneau rôti. L'agneau local était abondant, tout comme le saumon. (D'après le livre de comptes de Mme Russell de 1904, le saumon coûte 10 ¢ la livre, les fraises des bois 5 ¢ le verre).

 

La propriété a été entretenue par François Deschênes pendant de nombreuses années, puis par son fils Freddy. Après la mort de Freddy, la plupart des familles ont choisi Gauthier, mais Mme Russell a embauché son frère Louis comme tuteur. Lorsque la maison Williams [à côté] a brûlé en 1932, la femme de Louis a affirmé avoir sauvé la maison en jetant son chapelet sur le toit.

 

Avant l'époque des porches grillagés, une tache d'écorce et de morceaux d'épinette brûlait dans une grande bouilloire en fer sur la pelouse pour éloigner les mouches noires. Sur la galerie avant pendait toujours une longue queue d'algues qui, par sa sécheresse ou son humidité, indiquait le type de temps à attendre - du moins le pensions-nous.

 

Grace se souvient que la vie était plus formelle dans sa jeunesse. Tout le monde est allé à l'église le dimanche, et tout le monde devait être à l'heure pour les repas. La cloche du lever a sonné à 8h00 et une cloche du petit déjeuner à 8h30. Une cloche bruyante sonnait à l'extérieur pour ceux qui se trouvaient sur la plage. Des lampes à kérosène et des bougies fournissaient de la lumière avant l'arrivée de l'électricité en 1945. [lien vers la centrale hydroélectrique] Chaque maison avait le thé de l'après-midi, un moment merveilleux pour se divertir et visiter.

1910~Gramma'sHouse.jpeg

35

2015 Spruce Cliff Door Mural copy 2.jpg